SUBSCRIBE TO OUR EMAIL LIST

environment

press review

ARTICLES

Environment

Sharm el-Sheikh, new muse of Egyptian ecology

In preparation for hosting COP27, the Ministry of Electricity is working to install solar panels on the roofs of hotels in Sharm el-Sheikh. More generally, the objective is to increase the city’s solar energy capacity to reach 160 megawatts by November. Two new power plants should be built for this purpose.

A large park adjacent to the city council building is to be redeveloped in the city center. Environmentally friendly transportation projects are also planned, including charging stations for electric cars .

Fight against pollution

Environment Minister Yasmine Fouad said her ministry’s efforts helped reduce air pollution levels in Greater Cairo and the Delta by 25.5% in 2021.

Waste management

The government presents a project to convert solid waste into electrical energy . The Minister of Local Development stressed that the new waste treatment system made it possible to reduce greenhouse gas emissions .

The governor of Cairo has demanded that all garbage stored in spontaneous landfills be evacuated within three months .

Urban renewal

Limit non-regulatory urbanization

While 36  non-regulatory urbanization zones , deemed dangerous, have been transformed in Cairo, 18 others are under development. In total, 62 neighborhoods were identified by the authorities for elimination.

The president of Al-Arish city in North Sinai announced the development of five non-regulated urbanization zones at a cost of 225 million Egyptian pounds. For its part, the government denies having forcibly displaced the inhabitants of the port district, ensuring that compensation had been paid.

The Giza governorate also seeks to limit illegal construction on public and agricultural lands. The governor asked neighborhood leaders to be more attentive to violations and several buildings were destroyed.

 

New towns

The administrative boundaries of the Cairo governorate will be redrawn and expanded in order to bring part of the New Administrative Capital within its perimeter. The 46,000 feddans (19,000 hectares) of the government district, or a quarter of the perimeter, will be included. The objective is to respond to the constitutional imperative according to which the parliament cannot be located outside Cairo.

The government held its first weekly meeting in the New Administrative Capital. The Prime Minister also asked the ministers to gradually move to the new headquarters of their ministry. He also called for the procedures for allocating housing for employees of the New Capital to speed up.

The New Administrative Capital was named “  best Arab sustainable development project 2021  ” by the Arab Parliament, which described it as the largest smart city in the Middle East.

The New Urban Communities Authority (NUCA) has allocated land to New Al-Alamein and New October to continue the development of these new towns. Also in Upper Egypt , land is planned for the expansion of the cities of New Esna in the governorate of Luxor and New Girga in that of Sohag.

The new face of Egyptian cities

The government is studying proposals to revitalize the old town of Esna in order to improve its infrastructure and develop its tourist capacities. Everything must be done with a view to sustainable development and heritage preservation. These projects are part of the “Esna Vision 2030” which must rely on both the archaeological heritage of the city and its inhabitants.

In Cairo, a campaign aims to restore statues and gardens in 80 public squares. Projects are also underway for the Giza Zoo and Orman Garden .

For five years, Egyptian cities have experienced increasing verticalization . The New Administrative Capital and New Alamein are emblematic of this new trend of building towers. An article from Egyptian Streets looks at the towers and skyscrapers of the capital.

Others

During this winter period, an article from Mada Masr looks at the lack of insulation in Egyptian buildings which explains the cold inside homes.

The Prime Minister announced the signing of a preliminary agreement with a company that would develop commercial activities within the Zamalek Aquatic Garden . This park was at the heart of the news in the fall when a parking project requiring the felling of trees was revealed (see Press review of October 2021 ).

Nearly 1,000 trees have been planted in Port Said with the aim of beautifying the city, but also to fight against climate change. This is part of the “We will make it” ( هنجملها ) initiative which aims to combat global warming, food poverty and water waste, while creating jobs.

During this winter period, an article from Mada Masr looks at the lack of insulation in Egyptian buildings which explains the cold inside homes.


Tourism

The Ministry of Tourism and Antiquities announced the upcoming opening of several museums , including the Museum of the New Administrative Capital and the Palace of Mohammed Ali in Shubra. New rooms will also be accessible at the Abdeen Palace . Furthermore, the development work on the Elephantine Island archaeological museum in Aswan has been completed.

In Aswan, the 9th edition of the International Festival for Culture and Arts has started. For its part, the Luxor African Film Festival should take place in March.

Transportation

Soft modes of transport

A column by Professor Nabil El-Hady in Mada Masr extols the merits of traveling by bicycle . The latter experienced a new boom with the COVID-19 pandemic, particularly during the curfew in March 2020. An article from Egyptian Streets also promotes walking in the city.

Electric scooters are coming to Egypt. The Rabbit company wants to make these vehicles available for short distances.

Others

The government assures that the increase in fuel prices will not be reflected in the price of train tickets .

Plan aims to ban tuk-tuks in Cairo . A first measure has been taken in this direction: ministerial decree No. 533 of 2021 stipulates the cessation of the importation of manufacturing components for tuk-tuks.

Florian Bonnefoi

COVID-19 : durcissement des mesures face à la 2ème vague

Les mesures pour lutter contre la deuxième vague de l’épidémie s’intensifient. Les commerces, cafés et restaurants se voient obligés de respecter les nouveaux horaires imposés par le gouvernement sous peine de devoir fermer pendant un mois. Ces horaires de fermeture ne seront pas modifiés le soir de Noël ni le 31 décembre. Les cafés et restaurants ne peuvent plus accueillir des clients qu’à hauteur de 50 % de leurs capacités. En cas de non respect de cette directive, ils risquent 4 000 livres d’amende et une semaine de fermeture. Le gouvernement a ordonné la fermeture des salles de concert  et des centres de cours privés. Il a interdit les chapiteaux pour les enterrements ainsi que les mariages dans des salles closes. Les autorités peuvent dorénavant exiger le paiement immédiat d’une amende de 50 livres en cas de non port du masque dans les transports et les bâtiments publics. Le gouvernement a également annulé les célébrations du Nouvel An afin d’éviter les rassemblements. Ces derniers ont aussi été interdits durant la Coupe du monde de handball qui sera accueillie par l’Égypte du 13 au 31 janvier 2021 et pour laquelle de nouveaux complexes sportifs ont été aménagés dans la région du Grand Caire.

Le 31 décembre, le gouvernement a annoncé la suspension des cours en présentiel et le passage en distanciel jusqu’à la fin du 1er semestre. Les examens ont été repoussés à après les vacances de mi-semestre qui s’étendront du 16 janvier au 20 février. Le 20 décembre, le ministre de l’Éducation avait déjà rendu les cours en présentiel optionnels jusqu’à la fin du semestre.

L’Église copte catholique a annoncé que le nombre de fidèles serait limité à 40 % de la capacité des églises lors des messes et que chaque diocèse pourrait dédoubler les offices, les vendredis et dimanches, afin de permettre à plus de personnes d’y assister. Le port du masque y est aussi obligatoire. Les cours du dimanche ont été suspendus. L’Église copte orthodoxe a quant à elle annoncé la suspension des messes à Alexandrie et au Caire. Le 26 décembre, elle a précisé que les messes de Noël et de l’Épiphanie ne se tiendraient qu’en présence de 20 fidèles. Dar al-Iftaa a pour sa part autorisé les musulmans à faire la prière du vendredi chez eux et a affirmé qu’il est religieusement interdit d’y participer si l’on est testé positif.

 

Renouvellement urbain

Réglementation des constructions

Le gouvernement a décidé de repousser une nouvelle fois la date limite pour faire une demande de « réconciliation » concernant les constructions non réglementaires. Les citoyens ont maintenant jusqu’à la fin de l’année 2020 pour déposer leur dossier. Le porte-parole du gouvernement a mis en garde sur le fait que c’était le dernier délai accordé. Le 31 décembre, le délai a néanmoins été à nouveau repoussé à fin mars. Le 1er décembre, le ministre du Développement Local avait précisé que 2,4 millions de demandes avaient été faites, pour une valeur estimée à 15 milliards de livres. Cet argent sera réinvesti au sein de divers projets de développement dans le pays. 25 % seront destinés au logement social, 40 % aux réseaux d’eau et d’assainissement et le reste au budget de l’État dévolu à la construction d’écoles et d’hôpitaux. Les gouvernorats du Delta sont ceux où elles ont été le plus nombreuses (plus de 250 000 dans la Beheira, 188 000 environ dans les gouvernorats de Qalioubiyya, Menoufeyya et Sharqiyya, 140 000 au Caire). 2,6 millions de demandes ont été déposées à la fin du mois.

Le ministre du Logement précise par ailleurs que le pays se trouve dans une phase de transition qui durera 6 mois à partir de la levée de l’interdiction de construire décrétée au mois de mai (voir Revue de presse de mai 2020) et jusqu’à ce que le nouveau système d’attribution des permis de construire soit totalement effectif. Il a ajouté que ce dernier représentera une occasion inédite de contrôler l’urbanisation en Égypte. Le ministre du Développement Local a quant à lui garanti que le gouvernement faisait tout son possible pour faciliter les démarches et réduire les délais d’obtention des permis.

De nouvelles règles de construction ont par ailleurs été annoncées, notamment l’interdiction de construire dans les zones denses, la formation de comités de professeurs d’université pour la délivrance des permis, la réglementation de la hauteur des bâtiments en fonction des quartiers et de la largeur des rues. Pour les immeubles construits dans le Grand Caire, un garage devra être prévu afin de limiter les problèmes de stationnement.

 

Élimination des quartiers non réglementaires et relogement

Le Fonds de Développement des quartiers non réglementaires a annoncé que le projet « Fleurs du 15 mai » (زهور 15 مايو) est achevé à 50 % pour accueillir des habitants de quartiers insalubres de Helwan et d’Al-Zaraeb. Le Fonds a également mis en œuvre plusieurs opérations similaires de développement dans des quartiers non réglementaires à Tanta et à Mahallat al-Kubra, ainsi qu’à Belqas, à Sandoub et à Mansoura. Dans le cadre du projet de « développement des quartiers informels » (تطوير العشوائيات), une cité ouvrière de 218 logements a aussi été construite à Minya. Dans la région du Caire, afin de reloger les habitants des quartiers insalubres, de nouveaux immeubles ont été construits à El Obour.

Embellissement urbain et protection du patrimoine

Dans le prolongement des travaux de rénovation de la place Tahrir, qui bénéficie d’un nouvel éclairage, le gouvernorat du Caire, en coopération avec le ministère du Tourisme et des Antiquités ainsi qu’avec l’Organisation nationale pour l’harmonie urbaine, a commencé à repeindre les façades des bâtiments et les devantures de magasins du Caire khédivial. L’objectif est de préserver le patrimoine du centre-ville et d’offrir aux Cairotes et aux touristes un paysage urbain harmonieux. Le Premier ministre a par ailleurs présenté les objectifs de développement de la ville historique : il s’agit d’aménager des trottoirs, d’améliorer l’éclairage public et la signalisation, d’adopter une approche qui préserve l’environnement tout en favorisant le tourisme et l’activité économique, notamment en mettant en valeur l’artisanat local. Il a également présenté un projet de développement pour le Caire islamique, autour de la mosquée Al-Hussein, de Bab Zuweila et de la rue Bab el-Wazir, avec la création d’un parcours culturel et éducatif.

Le pays cherche aussi à mettre en avant ses fronts d’eau fluviaux et maritimes. Le front de mer va être réaménagé à Port-Saïd. Le gouverneur du gouvernorat de Qalioubiyya a pour sa part inspecté les travaux de la promenade du Nil à Benha, tandis que le Premier ministre s’est rendu sur le site cairote du projet « La Promenade du peuple d’Égypte » (ممشى أهل مصر – voir la Revue de presse d’avril 2020). La phase 1, d’une longueur de 2 km entre les ponts du 15 mai et du 6 octobre est terminée à 95 %. La seconde phase, commencée au mois d’octobre, s’étend sur 3,2 km entre les ponts de Qasr el-Nil et de 6 octobre. La 3ème phase devrait aller jusqu’au pont du Sahel. À New Assouan, l’aménagement des berges du Nil se poursuit également.

Un projet de restauration débute en décembre dans les jardins de Montazah à Alexandrie après que le Président Abdel Fattah al-Sissi a demandé d’en faire un site touristique international. Par ailleurs, les remparts construits sous Muhammad Ali à partir de 1805 souffrent du manque d’entretien, de la pollution et de l’érosion. Ces fortifications ne sont pas les seules à avoir besoin de protection. Un rapport indique que le parapet de la Corniche pourrait bien disparaître du fait lui aussi du manque d’entretien et de l’érosion marine. Ce rapport invite les autorités à classer le « monument » construit sous le roi Farouk il y a 90 ans. Cependant, en Égypte, ne sont classés que les bâtiments ayant plus d’un siècle.

Ces derniers mois, plusieurs projets urbains posent effectivement la question de ce qui peut être considéré comme du « patrimoine » en Égypte. Après les débats engendrés par la destruction d’une partie des cimetières du Caire en juillet 2020, des citoyens réclament ce mois-ci une intervention du ministère du Tourisme et des Antiquités pour protéger les bâtiments de la compagnie Nasr pour les mines et phosphates dans la ville d’Al-Qusair. Ces derniers, construits par les Italiens il y a un peu plus de 110 ans, sont menacés de destruction par le projet de marina (voir Revue de presse de novembre 2020).

 

Autres

Un article d’Al-Ahram Weekly fait un point sur l’ensemble des grands projets de construction menés en Égypte depuis 2011.

Concernant la Nouvelle Capitale Administrative, le ministre du Logement a annoncé que le gouvernement pourrait commencer le transfert de ses activités au mois de mars 2021. Les bâtiments gouvernementaux y sont en effet quasiment achevés.

Le chef du projet de développement du lac d’Ain el-Sira a indiqué que la valeur foncière de la zone avait été multipliée par 10 depuis le début des travaux.

Un port de pêche est en cours de construction dans l’estuaire du Nil à Rosette. Il devrait permettre la création d’environ 5 000 emplois, notamment à destination des jeunes.

À New Minya, une opération d’élimination des chiens errants par empoisonnement a suscité la protestation d’une partie de la population.

Transports

Après 4 mois d’interruption, les travaux de forage du métro reprennent à Zamalek rue Ismail Mohammad en direction de Kit Kat. Par ailleurs, le gouverneur de Giza a annoncé que les travaux de la quatrième ligne de métro provoqueraient la fermeture de plusieurs rues à la circulation pour une durée de 5 ans aux abords de la place Al-Ramaya. La première phase de construction qui débute en décembre s’étend sur 19 km pour 17 stations.

Des machines automatiques commencent à être installées dans toutes les stations, en commençant par celles de la 3ème ligne, pour acheter des tickets de métro. Elles accepteront les paiements en pièces, en billets et par carte bancaire.

Une nouvelle ligne de transports en commun permettra de relier la ville de Shorouk à New Cairo. La liaison sera faite dans des bus climatisés. Le paiement électronique sera encouragé (remise par rapport au paiement en espèces).

Le Caire n’est pas la seule ville à souffrir des embouteillages. Afin de diminuer la pression sur les axes routiers, des navettes fluviales sont mises en place entre les villes de Mansura et de Talkha. Quatre nouvelles stations viennent d’être aménagées, portant leur nombre à six de part et d’autre du Nil. Le transport fluvial est aussi central à Louxor où un nouveau ferry a été mis en service pour un coût de 30 millions de livres.

 

Tourisme et loisirs

Un article d’Al-Masri al-Youm fait le point sur les différents projets culturels mis en œuvre dans les villes du pays au cours de l’année écoulée.

Un projet de nouveau port de plaisance est à l’étude à Dahab. L’objectif est notamment de miser sur le tourisme de luxe et d’attirer les propriétaires de yachts saoudiens en provenance de la ville de Makna in Tabuk.

Le gouverneur de Minya cherche à valoriser les sites archéologiques de sa région. Le gouvernorat désire également mettre en avant son patrimoine religieux dans le cadre du projet du Chemin de la Sainte Famille qui se déploie petit à petit dans le pays. Il comprendra 25 étapes situées dans 8 gouvernorats.

Alors que le ministère du Tourisme et des Antiquités cherche à promouvoir les musées régionaux en les encourageant à organiser des événements pour mettre en avant leurs collections, le Musée archéologique de Louxor fête ses 45 ans avec une nouvelle exposition temporaire.

Environnement

Conséquences des intempéries

Suite aux fortes intempéries, les autorités alexandrines craignent des dégâts sur de nombreux bâtiments souvent vétustes, notamment à l’ouest de la ville. Elles estiment le nombre de propriétés dégradées à près de 2 400. Des dizaines d’immeubles se sont déjà écroulés depuis le mois de novembre, faisant une dizaine de morts. Le 2 décembre, un immeuble s’est effondré dans le quartier de Moharram Bek à Alexandrie, faisant 6 morts. Une façade s’est en partie effondrée sur la rue Al-Attarin dans le centre-ville. Au cours du mois, d’autres habitations se sont écroulées dans le quartier d’Al-Gomrok.

Un nouveau tremblement de terre de magnitude 5,4 sur l’échelle de Richter a été ressenti au Caire et dans le Delta le 5 décembre.

Pour une meilleure gestion des déchets solides

En visite dans le gouvernorat de Kafr el-Cheikh, Yasmine Fouad, ministre de l’Environnement, a assisté à l’ouverture d’une usine de recyclage à Sidi Salem dans le cadre de la mise en œuvre du nouveau système municipal de gestion des déchets solides. Un protocole a également été signé entre son ministère et l’Université de Kafr el-Cheikh afin de favoriser la coopération dans le domaine de l’environnement. Le ministère de la Production militaire envisage d’utiliser les déchets pour produire de l’électricité.

Le Syndicat général des travailleurs de la propreté et de l’environnement appelle de son côté le gouvernement à créer une entité unifiée responsable de la gestion des déchets, menée par des experts et soutenue par l’État.

Sur le terrain, plusieurs campagnes de nettoyage ont lieu dans différentes villes du pays, notamment dans la station balnéaire de Baltim. Le ministre du Développement Local a précisé que 206 000 tonnes de déchets étaient retirées chaque mois des cours d’eau et des canaux dans 11 gouvernorats (Gizeh, Alexandrie, Matrouh, Menoufeyya, Gharbiyya, Sharqiyya, Beni Suef, Fayoum, Minya, Assiout, Qena).

Le ministère de l’Environnement mène plusieurs initiatives pour réduire la consommation de sacs plastiques dans le pays, la dernière en date étant « لا للأكياس البلاستيكية» (Non aux sacs plastiques). Néanmoins, la tâche est ardue car leur production est très rentable. 11 milliards de sacs plastiques sont utilisés en Égypte chaque année. Un article d’Al-Masri al-Youm fait un point détaillé sur cette question. Voir aussi le “Cairo seminar on environment and social policies” du 23 novembre 2020).

 

Réduire la pollution atmosphérique

Les ministères du Développement Local et de l’Environnement travaillent de concert pour lutter contre la pollution atmosphérique dans les gouvernorats du Grand Caire et du Delta. La fermeture des décharges informelles où les déchets étaient brûlés à ciel ouvert va dans ce sens. Toute personne qui brûlerait ainsi ses déchets pourrait être condamnée à un an de prison et à une amende allant de 50 000 à 1 million de livres. Un rapport du ministère de l’Environnement stipule que sur la période de couvre-feu et de baisse des activités à cause de l’épidémie de Coronavirus, du 20 mars au 23 juin, la concentration moyenne en polluants atmosphériques a chuté de 22 % par rapport à l’année précédente dans le Grand Caire. Mahmoud Sharawi, ministre du Développement Local, a par ailleurs salué l’efficacité du dispositif « Votre voix est entendue » (صوتك مسموع) qui permet aux citoyens d’alerter les autorités lorsqu’ils sont témoins de pollutions diverses. Une station de surveillance des polluants atmosphériques vient d’être installée à Cheikh Zayed, portant le nombre de ces dispositifs à 108 dans le pays.

Florian Bonnefoi

Vers un tourisme écologique et durable
Yasmine Fouad, ministre égyptienne de l’Environnement, a annoncé la réinscription à l’ordre du jour d’un projet de loi controversé portant sur la constitution de près de 30 nouvelles réserves naturelles. Depuis juin 2015, la polémique porte sur le mode d’administration induit par ce projet, jugé illégal par l’opposition. Le gouvernement envisage en effet de déléguer au secteur privé l’administration de ces nouvelles réserves, un procédé jugé proche de la privatisation alors que son utilisation est spécifiquement interdite dans le cas des ressources naturelles (loi 102 de 1983). Le gouvernement prétend au contraire renforcer par cette loi l’encadrement de la gestion des ressources naturelles, et contribuer ainsi plus efficacement à leur préservation.
Ce débat s’inscrit dans le cadre du développement d’un nouveau type de tourisme, orienté vers l’écologie et l’intégration des communautés locales. La stratégie envisagée par le gouvernement repose sur l’augmentation de son soutien aux « destinations vertes » (consommation d’eau, d’énergie, et émissions de CO2 limitées) en termes de subvention, de formation et de publicité. Il s’agit ainsi de redynamiser un secteur qui périclite depuis 2011, en l’adoptant aux nouvelles aspirations des voyageurs. L’ouverture prochaine du Red Sea Mountain Trail, un parcours entre 7 et 40 jours au travers des communautés bédouines du Sud Sinaï, participe de cette dynamique.

L’accroissement des tensions en Méditerranée
L’ouverture de l’Eastern Mediterranean Gas Forum (EMGF) au Caire le 14 janvier a attisé les tensions déjà vives entre la Turquie et le reste des pays détenteurs de ressources gazières en Méditerranée. Le forum, qui regroupe l’Egypte, Israël, Chypre, la Grèce, l’Italie, la Jordanie et l’Autorité Palestinienne, vise la création d’un marché régional du gaz qui serait suffisamment compétitif pour concurrencer la Turquie, notamment dans le domaine de l’approvisionnement énergétique de l’Union Européenne.
Cette rivalité s’inscrit dans le cadre des conflits irrésolus entre Chypre, la Grèce et la Turquie, dus à un découpage territorial controversé et à la défense des droits des minorités nationales respectives présentes sur les différents territoires. La découverte de ressources gazières dans des eaux maritimes chypriotes revendiquées par la Turquie a accru ces différends, d’autant plus que la Chypre a rejoint le hub régional énergétique rival centré sur l’Egypte. Alors que l’Egypte a déjà affirmé son hégémonie dans la région méditerranéenne pour le traitement et l’exportation du gaz, l’accroissement de l’interconnexion électrique avec les pays de l’Afrique de l’Est consolide sa position de hub énergétique régional.
L’escalade des tensions entre les puissances de Méditerranée de l’Est s’est concrétisée par des interventions militaires turques visant à empêcher l’exploitation des champs gaziers chypriotes. La tenue en mars 2019 d’un exercice militaire turc de grande ampleur en mer Egée a contribué au maintien de ces tensions (cf. aussi Revue de presse Ressources, février 2018).

Des ambitions trompeuses dans le domaine des énergies renouvelables ?
La disparition des subventions dans le domaine des énergies conventionnelles (fuel, gaz) doit permettre d’accroître l’attractivité relative des énergies renouvelables, secteur où la politique affichée de l’Etat se montre particulièrement active. Il s’agit en effet pour le gouvernement égyptien de concrétiser l’objectif annoncé par le New and Renewable Energy Authority d’atteindre 20% d’énergie renouvelable dans le bouquet énergétique (dont 12% d’éolien, 6% solaire, et 2% de solaire).
Pourtant, si certaines mesures confortent l’image d’un gouvernement proactif dans sa politique de transition énergétique (projets de fermes solaires de Ras Gharib, 500 MW, et de Gabal el Zeit, 580 MW ; intégration de projets de transports électriques dans les nouveaux plans d’urbanisme …), d’aucuns dénoncent l’insuffisance des moyens mobilisés pour sa mise en œuvre.
Une analyse comparée de pays à niveaux de ressources naturelles et financières similaires (Egypte, Indonésie et Maroc) montre l’incohérence d’une politique égyptienne où le charbon (centrale de Hamrawein en Mer Rouge) et le nucléaire (centrale de Rosatom, dans le gouvernorat de Matruh) sont autant développés que le renouvelable. Cette étude déplore que les potentialités du renouvelable ne soient que partiellement exploitées, notamment en ce qui concerne le bio fuel issu de l’agriculture.

La « fin de paysans » égyptienne ?
Alors que l’Etat réduit ses subventions au secteur agricole, et privilégie par ses mesures des types d’agriculture très éloignés de la réalité des paysans égyptiens, l’émigration se dessine de plus en plus comme une échappatoire pour les jeunes générations.
La politique d’expansion des terres agricoles dans le désert, et la diminution des quantités d’eau allouées aux zones agricoles traditionnelles dans un contexte de précarité hydrique de plus en plus forte, est symptomatique de cette nouvelle dynamique.
L’augmentation des flux migratoires, en particulier vers l’Italie, pour des mineurs aspirant à l’obtention de permis de résidence, rend compte du désarroi d’une nouvelle génération se détournant définitivement du domaine agricole.

 

Alicia Herrera Masurel

RESSOURCES HYDRIQUES : UNE EXPLOITATION CONTROVERSEE

Un nouveau tournant dans l’exploitation hydroélectrique des eaux du Nil 

La Tanzanie a attribué à l’entreprise publique égyptienne Arab Contractors en novembre 2018 le projet d’étude et de réalisation du barrage hydroélectrique de Stiegler’s George, d’une puissance de 2 100 MW sur la rivière du Rufiji.

Cette décision, prise en dehors du cadre du Nile Basin Initiative (NBI), traduit un changement du statut de l’Egypte dans l’équilibre régional, explique le média Al Monitor. Le NBI est un partenariat intergouvernemental cherchant à promouvoir le développement multilatéral des infrastructures sur le Nil. Considérant que la médiation de cette institution ne lui permettait pas de préserver son influence dans la région, l’Egypte s’est retirée de la structure en refusant de signer le traité d’Entebbe de 2010. En effet, en plus de refuser la reconnaissance des « droits historiques » égyptiens sur les eaux du Nil, le fonctionnement du NBI sous le régime de la majorité (vs unanimité) amenuise le poids de l’Egypte dans les négociations.

La prise en charge de la construction du barrage de Stiegler’s George devrait permettre à l’Egypte de consolider sa présence régionale et d’asseoir son expertise technique dans le domaine de l’hydroélectricité. Ayant refusé les règles multilatérales établies par le NBI, l’Egypte poursuit ainsi bilatéralement sa politique d’aide au développement. Le barrage devrait en effet diminuer à terme la dépendance hydroélectrique de la Tanzanie aux eaux issues du lac Victoria, source du Nil, permettant ainsi de rallier la Tanzanie à la cause égyptienne dans le conflit autour du barrage de la Renaissance. Moins dépendante des eaux du Nil, la Tanzanie serait ainsi un adversaire de moins pour l’Egypte dans la bataille pour la répartition des quotas entre les puissances du bassin du Nil.

 

Accroissement des réseaux fluviaux : l’Egypte au cœur d’une nouvelle Route de la Soie ?

La deuxième étude de faisabilité du projet de réseau fluvial reliant le lac Victoria à la mer Méditerranée (Victoria-Mediterranean Waterway Project) s’est achevée avec succès en décembre 2018. Ce projet, qui vise à créer une voie unique de transports de biens et de marchandises traversant l’ensemble du bassin du Nil avec pour débouché le canal de Suez, placerait l’Egypte au cœur du réseau de transport commercial d’Afrique de l’Est.

La poursuite du projet, dont le coût est estimé à près de 12 milliards de dollars, est conditionnée à son approbation par un nombre suffisant de bailleurs, parmi lesquels la Banque Africaine de Développement et la Chine. Pour cette dernière, il s’agirait de parachever la réalisation d’une nouvelle « Route de la Soie », telle que le président Xi Jinping l’avait annoncée en 2015. Fondée sur les principes d’interconnexion, de circulation des monnaies et de développement d’intérêts communs, ce projet devrait renforcer l’influence chinoise en Afrique de l’Est, tout en favorisant le désenclavement de la région.

 

Dispositifs concrets de lutte contre la précarité hydrique

L’attention croissante portée à la préservation des ressources hydriques s’est concrétisée par le développement d’initiatives privées communes à l’ensemble des pays MENA (Moyen Orient – Afrique du Nord), particulièrement affectés par la pénurie d’eau. Un grand nombre de start-ups, dont le financement s’est vu dynamisé par la Cairo Water Week d’octobre 2018, ont proposé des solutions innovantes visant à être diffusées à grande échelle dans la région, et particulièrement en Egypte. C’est le cas par exemple de Water Dynamic (localisation interactive des zones souffrant de problèmes d’approvisionnement et de traitement), de SOS Eau (diffusion locale de procédés de préservation de l’eau) ou de Clean2O (mise à disposition de filtres).

La lutte contre la précarité hydrique à l’échelle locale passe par des moyens de plus en plus diversifiés, comme le souligne le nouveau plan d’action gouvernemental lancé fin novembre afin de rationaliser l’usage de l’eau dans les lieux de culte égyptiens. La collaboration entre le ministère des Biens de Mainmorte (biens inaliénables du domaine public) et le ministère de l’Eau et de l’Irrigation a permis la mise en place d’un système de gestion expérimental pour la mosquée de Sayyida Nafisa au Caire. Ce système repose sur l’introduction d’un administrateur venant remplacer l’imam dans les tâches de gestion, en particulier pour le traitement de l’eau.

Le deuxième volet du dispositif testé à Sayyida Nafisa, l’apposition d’embouts spécifiques dans les bassins d’ablution, permettrait, s’il est diffusé à l’échelle du pays, de diminuer la consommation annuelle d’eau égyptienne de l’équivalent de près de 10% de la consommation hydrique annuelle des ménages, soit 1 milliard de m3.

Les prêches eux-mêmes sont investis dans la politique de sensibilisation à la précarité hydrique, par le biais de leçons hebdomadaires et de sermons trimestriels dédiés à cette thématique.

 

HYDROCARBURES : VERS UNE LIBERALISATION DU FIOUL

La libéralisation du fioul, une condition essentielle du prêt du FMI

Le prêt de 12 milliards de dollars octroyé par le FMI au gouvernement égyptien en 2016 est conditionné à la réforme profonde du système de fixation des prix de l’essence, estimé trop coûteux pour permettre le respect des critères budgétaires et financiers imposés. Les plans successifs proposés par le gouvernement pour indexer les prix de l’essence aux fluctuations d’indicateurs internationaux n’ayant pas été jugés satisfaisants, le FMI a annoncé le gel du versement de la 5ème tranche du prêt, due en décembre 2018, sanctionnant ainsi le manquement aux conditions initiales de l’accord.

Le premier ministre égyptien Mostafa Madbuly a réagi en proposant par un décret du 30 décembre 2018 un échéancier d’application de cette réforme, combinant la levée totale des subventions et l’indexation automatique des prix de l’essence.

 

La disparition progressive des subventions sur le fioul     

Le système de subventions en vigueur n’est pas conditionnel aux revenus, et consiste en une aide en nature à l’approvisionnement en fioul, explique le journal Mada Masr. Il présente le double problème de peser lourdement sur le budget de l’Etat et d’être peu redistributif, les consommateurs premiers de fioul étant des industriels, partie de la tranche aisée de la population. Si la levée progressive des subventions (notamment sur l’octane 95, principal fioul utilisé) depuis 2014 a davantage impacté les industriels en termes de valeur absolue, l’inflation qui en résulte a principalement entamé le pouvoir d’achat des ménages à faibles revenus, accentuant ainsi leur paupérisation. Le dernier plan du gouvernement envisage la levée définitive de toutes les subventions sur le fioul d’ici septembre 2019.

 

La mise en place d’un mécanisme d’indexation automatique des prix du fioul

Le second volet de la réforme, qui doit entrer en vigueur à partir de mars 2019, viendra fixer trimestriellement les prix du fioul en les indexant au taux de change de la Livre Egyptienne (LE), et au cours de pétrole mondial de référence. Là où la disparition des subventions se traduit automatiquement par une augmentation des prix pour le consommateur, l’indexation des prix aux cours internationaux pourrait pour sa part entraîner une baisse des prix locaux en cas d’appréciation de la LE, ou de diminution du cours mondial de pétrole, suggère le journal Al Ahram.

Un rapport publié par la banque d’investissement égyptienne Shuaa prévoit néanmoins une augmentation des prix à moyen terme suite à la mise en œuvre du nouveau système, et cela malgré un contexte économique mondial favorable (chute du cours du pétrole).

Alicia Herrera Masurel

Water

Resumption of dialogue around the Grand Ethiopian Renaissance Dam

The Egyptian president, his Sudanese counterpart and the Ethiopian Prime Minister met on the occasion of the 30th summit of the African Union, held in Addis Ababa at the end of January (see press review – politics, January/February 2018 ). This meeting marks the resumption of dialogue between Ethiopia, Sudan and Egypt around the construction of the Grand Ethiopian Renaissance Dam . The project, which should allow Ethiopia to double its energy production, has been a point of dispute since 2011. Negotiations were interrupted in November 2017, following Ethiopia’s refusal to involve the World Bank in consultation and assessment of the risks of water shortages that the dam poses to Sudan and Egypt.

Egypt’s Minister of Irrigation and Water Resources, Mohammed Abdel Ati, said the three countries plan to meet again soon to evaluate scientific studies on the impact of the dam’s construction on the level of the Nile. . Egypt had previously refused to consider certain assessments and projections deemed inauthentic. A common fund between the three countries that can finance water infrastructure projects must also be set up.

We have also observed a radical change in the public discourse of Egyptian political leaders, who no longer seem to fear the harmful consequences of the dam and, on the contrary, display their optimism regarding the future of tripartite cooperation.

Energy

With Egypt facing major difficulties in producing enough energy for its growing population, several green energy projects have been announced by the government.

First, the construction of a hydraulic power station is planned along the Red Sea. This project financed by a Chinese company is the first of its kind in the Middle East.

At the same time, the desire to establish vast solar fields south of Aswan by 2020 was reaffirmed. The Egyptian government announced in October 2017 the construction of the largest solar energy fields in Africa, in order to exploit the country’s energy potential. In order to finance this project, the costs of which reach around four billion dollars, the government is looking for foreign investors, due to a lack of national resources.

Gas

President Abdel Fattah Al- Sissi inaugurated the new al-Zohr gas field in the Mediterranean in mid-January, a month after the start of production. The government has repeatedly announced that this project, with an expected lifespan of around twenty years, would significantly help lead Egypt to energy independence by meeting the needs of its growing population.

The country currently imports gas, notably from Russia, its main supplier. The government’s ambitions to achieve energy autonomy within a year, and to begin gas exports within five years, do not seem realistic. According to the independent media Mada Masr, production has been overestimated and the terms of the partnership with the Italian company ENI which discovered the site have not yet been clarified.

At the same time, Egypt has started discussions on a gas import contract with Cyprus. Since the agreement on maritime borders in 2013, relations between the two countries (as well as Greece) have developed, making economic rapprochement possible. Raw gas imported from the island is expected to be converted into liquefied gas at the two power plants in Damietta and Idku, on the Mediterranean coast.

Turkey reacted aggressively to these developments by detaining ENI ships en route to the al-Zohr field, and threatening Egypt and Cyprus with direct consequences if the agreements were maintained. The Turkish government is in fact contesting the maritime borders and the sovereignty of the areas where gas exploration and soon production takes place.

Furthermore, the Israeli company Derek Drilling announced the signing of a ten-year natural gas export agreement (worth $15 billion) with the Egyptian company Dolphinus Holding. Egypt would thus become the second buyer of Israeli gas after Jordan, the only importer since 2016. Due to the prevailing insecurity in the Sinai Peninsula, the gas should be transported to Egyptian conversion plants, located on the Mediterranean coast. , by underwater pipelines. Thus Egypt will be able to use the gas for its own needs or re-export it in converted form in the event of self-sufficiency, and thus become a strategic partner for Europe . The country appears to be on the verge of becoming a new regional energy center .

Agriculture

Opening of the first government organic farm

Egypt Independent reported, at the end of January, the inauguration by President Al-Sisi of a government organic farm in the Red Sea governorate . The Wadi al-Quaih farm produces a wide variety of quality, low-cost fruits and vegetables, renouncing the use of chemical fertilizers. The development of sheep and goat breeding is also planned and should make it possible to sustainably reduce the price of meat.

Egyptian-Eritrean agricultural project launched

The Egyptian government has announced the launch of a vast joint agricultural project with Eritrea . This aims to strengthen ties between the two countries by increasing the productivity of Eritrean crops using Egyptian agricultural technologies. A number of similar cooperation projects have been set up by Egypt over the years in Africa, notably in Tanzania, Mali and Niger.

Ecology

Egyptian President Al-Sissi inaugurated the opening of 1,300 ecological greenhouses in the Marsa Matrouh governorate in February. The project plans to build 100,000 greenhouses, which consume less water by circulating it several times.

These so-called ecological initiatives are part of the Egyptian government’s stated desire to further preserve the country’s resources. The governorates of Cairo and Giza have thus implemented a system of fines in order to reduce waste as well as pollution of the streets by waste. The launch of new awareness campaigns on ecological issues is planned in schools, mosques and youth centers.

Martina Merlo

Ressources hydrauliques : quelles réponses à l’insécurité hydrique ?

Bilan de la Cairo Water Week

La Cairo Water Week (CWW) organisée par le ministère égyptien de l’Eau et de l’irrigation s’est tenue du 14 au 18 octobre. L’événement a rassemblé les principaux acteurs du secteur de l’eau de l’Afrique du Nord et du Proche-Orient, issus de la société civile (associations, experts scientifiques), d’organismes internationaux (FAO – Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture), et de représentants publics des différents pays participants. Proposant des rencontres autour d’ateliers thématiques ciblés, des solutions innovantes quant à la rationalisation de l’usage de l’eau, à son transport, et à la diversification des sources exploitables ont été explorées.

En ce qui concerne l’Égypte, c’est la question de la sécurité hydrique qui se fait de plus en plus pressante au vu de la croissance démographique du pays. La stratégie 2017-2030-2037 exposée par le président al-Sissi reprend des pistes explorées depuis 2005 afin d’accroître l’accessibilité à l’eau ainsi que les quantités disponibles : collecte des eaux de pluies et des crues subites, recyclage des eaux de drainage, extraction des nappes phréatiques profondes et des eaux souterraines peu profondes, réutilisation des eaux usées et dessalement de l’eau de mer. L’accent a surtout été mis sur la remise à niveau des stations d’épuration, entre autres avec l’extension des capacités de la station de Gabal El Asfar à 2,5 millions de m3/jour, ce qui en fera la plus grande station d’épuration du continent africain.

Des initiatives locales présentées lors de la CWW ont été intégrées à la stratégie nationale, parmi lesquelles les systèmes d’irrigation à énergie solaire, introduits par la FAO et testés préalablement avec succès par la « Water User Association » dans le delta du Nil.

Stagnation des négociations relatives au Barrage de la Renaissance éthiopien

Les inquiétudes quant à la sécurité hydrique sont d’autant plus fortes que les négociations tripartites entre le Soudan, l’Éthiopie et l’Égypte relatives au Barrage de la Renaissance ont officiellement été déclarées bloquées par Mohamed Abdel Aty, ministre égyptien de l’Eau et de l’irrigation. Comme le souligne le site d’information Al Monitor, la CWW a permis de confronter les arguments des différentes parties prenantes, et de prioriser les analyses socio-économiques et scientifiques plutôt que politiques, au travers d’une plateforme internationale impartiale.

La Déclaration de principe signée en 2015 par les trois pays reconnaît les droits de l’Éthiopie à la construction et à la mise en service d’une infrastructure de ce type, dans les limites du respect des traités internationaux préalables. Ceux-ci, signés en 1959 par le Soudan et l’Égypte, octroient à cette dernière le droit de prélever 55,5 milliards de m3 d’eau sur le Nil. Les pays en amont du Soudan réfutent la légitimité de traités dont ils ne sont pas parties prenantes, et appellent à une nouvelle définition du droit international relatif au Nil incluant tous les États traversés par le fleuve.

La mise en service du barrage aurait des conséquences particulièrement négatives pour l’Égypte. Alors qu’il dépend à 70% du Nil pour son approvisionnement en eau, le pays se verrait privé de près de 10 milliards de m3 par an sur son quota pendant la phase de remplissage du réservoir du barrage éthiopien. La durée de celle-ci est aujourd’hui l’un des sujets centraux des négociations, le gouvernement égyptien souhaitant la faire porter de 7 à 11 ans pour atténuer les conséquences de la diminution de la baisse du cours du fleuve sur son secteur agricole.

Aide européenne pour l’amélioration de la sécurité hydrique du pays

Au-delà de la CWW, l’Égypte se tourne de plus en plus vers la communauté internationale afin de trouver des solutions durables à la crise hydrique. Le plan d’urgence du gouvernement relatif à la pénurie d’eau, en place jusqu’en 2021, s’appuie ainsi sur l’expertise européenne en matière de rationalisation du traitement et de l’usage de l’eau. Le programme EU-Water STARS, chiffré à 4,3 millions d’euros, agit directement à l’échelle des gouvernorats par un transfert local des technologies d’optimisation de la gouvernance de l’eau. La création d’une Unité de contrôle de l’eau de concert avec des experts européens, participe notamment de la volonté d’améliorer la qualité de l’eau distribuée.

 

Ressources énergétiques : de l’indépendance énergétique à la formation d’un hub régional

L’évolution du mix énergétique

Le gouvernement égyptien vise à assurer durablement son indépendance énergétique en diversifiant le plus possible son bouquet énergétique (répartition des différentes sources d’énergies primaires utilisées pour répondre à ses besoins énergétiques, soit en Égypte : 78% gaz, 14% pétrole, 7% hydroélectricité, et 1% renouvelable). Bien que le secteur du gaz soit largement dominant, des initiatives visant au développement du secteur des énergies renouvelables et du nucléaire sont en cours. Le gouvernement s’est ainsi fixé pour objectif d’atteindre 20% d’énergies renouvelables (12% éolien, 5.8% hydroélectrique et 2.2% solaire) dans le mix électrique (part du bouquet énergétique dédié à la production d’électricité) d’ici 2022, puis 37% d’ici 2035.

Une conférence visant à présenter le dernier rapport de l’IRENA (International Renewable Energy Agency) s’est tenue au Caire du 9 au 11 octobre afin de discuter des potentialités de développement des énergies renouvelables en Égypte. Plus ambitieux que le plan gouvernemental, l’IRENA y suggère que 53% de l’électricité pourraient être générés par des énergies renouvelables d’ici 2030, notamment par le développement du parc solaire de Benban, situé à proximité d’Assouan, susceptible de devenir le premier parc solaire mondial.

Vers un hub régional gazier centré sur l’Égypte 

La découverte en 2015 des gisements de gaz en Méditerranée, avérés (Zohr) ou présumés (Atoll, Nooros) a remis en cause l’équilibre énergétique de la région, en permettant de libérer l’Égypte de la nécessité d’importer du gaz étranger pour sa consommation intérieure. Pays importateur depuis la révolution de 2011, l’Égypte ambitionne de devenir un pôle de transit pour le gaz régional, traité et liquéfié sur son territoire, puis exporté vers des zones importatrices, en premier lieu l’Union Européenne. À terme, l’Égypte cherche à développer des secteurs énergétiques différents pour répondre à sa demande énergétique intérieure, et pouvoir exporter la totalité du gaz présent sur son territoire.

Ses voisins israélien et chypriote disposent également de ressources propres conséquentes, dont les plus notoires sont respectivement les gisements du Léviathan et d’Aphrodite, mais ne possèdent pas d’infrastructures adéquates ou d’un cadre réglementaire suffisamment attractif pour permettre la mise en place d’un hub régional.

Contrairement à Chypre, l’Égypte dispose de plateformes de liquéfaction opérationnelles (Idku et Damiette). De plus, en permettant aux entreprises privées d’utiliser les réseaux de traitement et de transport du gaz, et d’importer directement du gaz naturel, le gouvernement égyptien s’est démarqué par rapport à son rival régional, Israël, en offrant un cadre beaucoup plus propice à l’implantation du secteur privé. Par sa politique de libéralisation progressive du secteur du gaz, l’Égypte a réussi à attirer les investissements de grandes compagnies gazières étrangères.

La signature d’un contrat avec Chypre en septembre dernier scelle le succès de cette politique, avec le lancement de la construction d’un pipeline liant le gisement d’Aphrodite aux centres de liquéfaction égyptiens. Cette alliance énergétique avec Chypre est le premier jalon de la constitution du hub gazier égyptien, et met à distance le pôle israélo-turc, jusqu’alors en concurrence pour devenir l’un des principaux exportateurs de gaz vers l’Union Européenne.

La face cachée de la libéralisation

Une enquête publiée par le site d’information indépendant Mada Masr a dévoilé une collusion d’intérêts impliquant les services de renseignement égyptiens (GIS).

Selon celle-ci, la société égyptienne East Gas a profité de la libéralisation du secteur du gaz pour devenir propriétaire à la fois de parts du pipeline d’Ashkelon Arish liant Israël et l’Égypte, et d’une licence d’exploitation de champs gaziers israéliens. Sous le couvert de cette entreprise, dont ils sont les actionnaires majoritaires, les services de renseignements égyptiens vont toucher à partir de 2019 près de 80% des bénéfices de l’import du gaz israélien en Égypte, en prélevant des taxes de transport, et en percevant une part des revenus de vente.

L’enquête dévoile également l’existence d’une étude modélisant les prix de vente du gaz israélien après son passage par les centrales égyptiennes : ceux-ci excéderaient les prix d’achat européens, laissant sans débouchés extérieurs le gaz importé, ce qui aurait des conséquences négatives sur le marché intérieur.

 

Une stratégie incomplète de lutte contre le changement climatique

Certaines initiatives gouvernementales, comme le développement des énergies renouvelables, ou l’attention croissante portée à la protection de la biodiversité, témoignent d’une volonté de lutter contre les effets du changement climatique. D’aucuns déplorent cependant l’absence d’une politique d’adaptation suffisamment ambitieuse pour confronter les problèmes posés par le changement climatique.

La situation est particulièrement alarmante dans le Delta et sur la côte méditerranéenne, zones devant faire face à la fois à la montée des eaux de mer et à la détérioration de la qualité des sols. Les retenues d’eau des barrages en amont du Nil empêchent en effet la formation suffisante de limon, ce qui, de pair avec l’infiltration croissante d’eau salée aux abords de la côte, contribue à l’érosion des sols et à la salinisation des surfaces agricoles.

Ce processus menace à la fois les zones rurales et urbaines, explique le site d’information Middle East Eye, et ce dans des régions très densément peuplées : à terme, le gouvernement égyptien estime que près de 5 millions de personnes devront être déplacées du Delta du Nil si une politique plus proactive n’est pas menée.

Tout en déplorant l’insuffisance des mesures prises, Yasmeen Fouad, ministre de l’Environnement, a annoncé la mise en place d’un fond international visant à financer des initiatives d’adaptation dans les cinq gouvernorats égyptiens les plus affectés (Port Saïd, Damiette, Dakahlia, Kafr El Sheikh et Beheira).

 

Pour aller plus loin :

Pour une analyse générale du secteur de l’électricité en Egypte :

Pour une analyse géopolitique de l’impact de la découverte du gisement gazier de Zohr sur l’équilibre énergétique de la région :

A. H. M.

Pharmaceutical products

Egypt is experiencing a serious shortage of medicines , particularly those intended to treat leukemia, kidney failure, diabetes and hepatitis C. This crisis is due as much to a low importation of medicines as to the cessation of production within the country. The Chamber of Pharmaceutical Industry,  under pressure from foreign pharmaceutical companies, approved the  increase in the price of drugs for non-chronic diseases. However, the definition of what is considered a chronic disease remains vague. It therefore remains to be seen which drugs will not be affected by this increase.

Starting February 1 , the prices of medicines produced in Egypt and initially costing between LE1 and LE50 are expected to increase by almost 50%. This increase will occur gradually, by 15% every six months. Medicines costing LE 50 to LE 100 (2.5 to 5 euros) will see an increase of 40%, while medicines costing more than LE 100, their prices should increase by 30%.

A research firm was created to find a solution to the crisis. In addition, 145 drugs will be imported by a company under contract with the State , in order to relieve people suffering from chronic illnesses or in need. A  Twitter campaign was also launched to encourage drug donations.

Foodstuffs

Staple foods

Prime Minister Sherif Ismaïl announced a series of measures aimed at reducing the impact of the floating pound on staple foods. The prices at which the state purchases basic foodstuffs from farmers have increased . The price of wheat thus increased from 420 LE to 450 LE (22 to 25€) per arbid [1] , that of rice from 2300 to 3000 LE (120 to 150€) per ardib, and that of sugar from 400 LE to 500 LE (21 to 26€) per ardib. Imports by private companies will also be facilitated to allow better access to basic foodstuffs. The lifting of restrictions on imports, however, marks a harmful turning point for the Egyptian economy. Indeed, instead of increasing food production within the country, this lifting leads to greater dependence on the international market. This solution is not viable in the long term. The Russian poultry customs exemption is a good example. Supposedly supposed to fill the poultry deficit in the country, this exemption has only destroyed the local poultry industry, unable to guarantee competitive prices due to the rising price of corn. Under pressure from local poultry producers, this exemption was canceled in early December.

Reform of the ration card system

The ration card system  , which allows better access to basic foods for the most needy, will be reformed. This reform intended to limit abuse will result in tighter control in the issuance of cards. More than 21 million cards are in circulation today.

Increase in import prices for unnecessary goods

President Abdel Fattah al-Sisi issued a presidential decree  increasing import tariffs for certain consumer goods considered not “necessary.” This concerns, among others, bananas, pineapples, apricots, chewing gum and cocoa powder with added sugar (the sugar crisis continues,  the price per kilo having reached LE 15) . No information was provided to explain the choice of the 364 properties concerned. The list also includes perfumes and cosmetics, as well as household appliances and stationery.

Egypt buys 235,000 tonnes of wheat

Egypt, one of the largest wheat importers, managed to negotiate a reduction of €0.82 per tonne during a call for tenders for the sale of 235,000 tonnes . This discount was negotiable thanks to the surplus of wheat produced worldwide and a major concession from Egypt: the government decided, at the end of September, to lift its policy of zero tolerance towards ergot , a fungus detected in some shipments, supposedly harmless in small doses. This measure was taken to negotiate a better price for wheat, a basic commodity and subsidized by the state. While the Commodities Authority claims to have five months’ worth of stocks, since the pound was floated, the price of wheat has only continued to rise.

Energy

Gas

British Petroleum purchased, at the end of November, 10% of the offshore concession of the Italian company ENI in Egypt , for 353 million euros. The purchase includes the Zohr gas field discovered last year by ENI and which has a potential of 850 trillion cubic meters of gas. Ironically, Egypt would become BP’s main customer by purchasing gas even though it is present on its territory. This gas exploitation could have environmental consequences. An  oil pipeline exploded in Minya governorate twice in one week.

 

electricity

France is involved in Egyptian energy management. The French ambassador to Egypt, André Parant, signed a loan agreement (50 million euros) at the beginning of December with the Minister of International Cooperation to renovate and improve the Egyptian electricity network .

Oil

Following the cessation of oil deliveries by the Saudi company Aramco, Egypt is currently negotiating with other potential suppliers. Supply from Iraq ( Economy press review – December 2016 ) should begin in the coming days. However, EGPC (Egyptian General Petroleum Corporation) signed a contract with the State Oil Company (SOC) of the Republic of Azerbaijan for 2 million barrels of unrefined oil. The EGOPC also intends to strengthen its relations with the SOC in the long term, via cooperation projects relating to infrastructure and gas liquefaction, as well as petrochemical materials. Egypt has also turned to Germany, South Korea and China to develop a coal-based electricity grid.

Green energies

Egypt plans to increase its  production of renewable energy from 12% to 20% before 2020 . Around 615 million euros would be needed to provide around 400 megawatts of solar energy. The government has agreed with the Siemens company to produce 21.9 gigawatts of clean energy before 2018, including 870 megawatts from wind energy, 2.5 gigawatts from solar energy and 1.3 gigawatts from other sources of renewable energy. Egypt hopes to produce 16% of its electricity from solar energy, 10% from wind energy, 49% from oil and gas, and 15% from coal in 2022. Several Egyptian companies are looking to get involved in the renewable energy sector.

Water

Former Minister of Agriculture, Ayman Farid Abu Hadid, said in early December during a conference at the University of Minya that an increase of one degree in temperature would be enough to seriously damage the agricultural sector . Egypt would be one of the countries most affected by the water crisis in 2050. Today, per capita water availability is less than 500 cubic meters per year.

In early December, President Sissi received ministers from five Nile Basin countries  : Sudan, Tanzania, Uganda, South Sudan and Burundi. This meeting aimed to find viable solutions to imminent water shortages and to strengthen collaboration between these countries.

The newspaper Al Masry al Youm recently published a letter from a reader who states that the Egyptian government’s plan to import a million heads of cattle will generate a gigantic water expenditure (more than 15m 3 of water per kilo of meat product). We can question the relevance of such an import project, knowing also that 4 million tonnes of wheat could be produced with an equal quantity of water.

[1] Volume measure used by Egyptian farmers. An ardib represents approximately 135 kg.

FM

Énergie

Nouveau champ gazier pour avancer vers l’indépendance énergétique

Le ministre du pétrole et des ressources minières, Tarek al-Mulla a annoncé que l’Égypte augmenterait sa production de gaz de 50% en 2018. Cette décision fait suite à la découverte en 2015 du plus grand champ de gaz offshore de la Méditerranée, Zohr (2 700 km2), au nord d’Alexandrie. La compagnie italienne Eni doit commencer l’extraction fin 2017.

La consommation égyptienne s’élève à 150 mille mètres cube de gaz par jour (dont 65% sont transformés en électricité). Cela dépasse la production actuelle et contraint l’Égypte à importer du gaz pour une valeur de 3,6 milliards de dollars par an. Grâce à l’exploitation de trois champs gaziers (dont Zohr), le ministère prévoit d‘épargner 1,8 milliard de dollars sur la période 2017/2018 et vise à l’indépendance énergétique en 2020. Le projet est financé par Eni (60%), Rosneft (30%) et BP (10%)

Le ministre du pétrole et des ressources minières affirme que l’État terminera de rembourser sa dette envers des compagnies pétrolières étrangères dans deux ans grâce au champ Zohr ainsi qu’une extraction record suite à la découverte de deux nouveaux champs pétroliers. Parallèlement, le groupe koweïtien al-Mulla a annoncé entreprendre des recherches dans la mer Rouge afin de trouver d’autres gisements suite à un accord avec l’Arabie saoudite et le financement de l’entreprise pétrolière néerlandaise Shell.

Les prix de l’électricité, du pétrole et de l’eau augmentent progressivement

Depuis le mois de juillet, le gouvernement a commencé à augmenter les prix de l’électricité, du gasoil et de l’eau tout en prolongeant la période des subventions pour l’électricité jusqu’en 2022Les plus gros consommateurs verront leur facture augmenter, permettant ainsi de couvrir partiellement les subventions versées aux petits consommateurs. Le montant des subventions est en cours de négociation, notamment pour le domaine du tourisme, dont la consommation représente 22% de la consommation globale en Égypte.

Planification d’une centrale nucléaire financée par la Russie

En septembre, le premier ministre égyptien, Sherif Ismael a affirmé qu’un accord de développement d’énergie nucléaire entre l’Égypte et la Russie avait été finalisé et approuvé par le cabinet. Les deux pays planifient depuis 2015 la construction d’une centrale nucléaire constituée de quatre réacteurs à Daba, à 130 km au nord-ouest du Caire. Si l’accord est signé définitivement dans les mois à venir, la compagnie gouvernementale russe Rosatom prêtera 25 milliards de dollars à l’État égyptien, couvrant ainsi 85% des coûts de construction en plus de coordonner sa réalisation et le traitement des déchets. La centrale devrait être mise en marche en 2022, ce qui permettrait à l’Égypte de diversifier ses sources d’énergie et couvrir les besoins d’une population croissante. Le ministre s’est également réjoui d’un probable rapprochement politique et économique avec la Russie qui négocie des projets analogues en Jordanie, Arabie saoudite et aux Émirats Arabes Unis.

Projet de construction de champ d’énergie solaire

En octobre, le gouvernement a annoncé l’approbation d’un prêt de 87 milliards de dollars de la part de la Banque Européenne pour la Construction et le Développement et de six autres institutions pour la construction de deux champs d’énergie solaire. L’objectif est de construire l’un des plus vastes champs d’énergie solaire au monde, dans un village en Haute-Égypte.

Ce projet s’inscrit dans la démarche de couvrir 22% des besoins énergétiques nationaux à l’énergie verte avant 2020. Ainsi le responsable des énergies renouvelables, Mohamed Mousa, a déclaré que l’Égypte souhaite également produire des panneaux solaires afin de renforcer son indépendance et son économie, en plus de créer des emplois.

Eau

Négociations concernant le Barrage Renaissance éthiopien

Mi-octobre, les délégations éthiopienne, soudanaise et égyptienne se sont réunies dans la capitale éthiopienne, Addis Abeba, afin de discuter les risques économiques et environnementaux ainsi que les conditions de la mise en œuvre du Barrage Renaissance éthiopien. Sa construction en cours depuis 2011, majoritairement financé par l‘entrepreneur saoudien Mohammed al-Amoudi (né en Éthiopie), est quasiment terminée. Le projet du plus grand barrage d’Afrique est beaucoup critiqué par les deux pays voisins qui craignent une diminution du débit du Nil jusqu’à 25% pendant les cinq à quinze prochaines années, durée nécessaire pour remplir le barrage. En effet, l’Égypte affirme que les études analysant les conséquences du barrage sur le fleuve ont été insuffisantes. Selon des sources égyptiennes, les agriculteurs, rencontrant déjà des difficultés liées au changement climatique, pourraient pâtir des effets néfastes du barrage sur leur production.

Agriculture

Difficultés d’exportation agricole vers les pays arabes

Les exportations agricoles égyptiennes ont rencontré des difficultés durant l’été. En effet, au printemps plusieurs pays arabes dont l’Arabie saoudite, le Koweït, la Jordanie et les Émirats Arabes Unis ont appliqué différents embargos sur plusieurs produits agricoles égyptiens à cause de la présence excessive de résidus de pesticides.

Après plusieurs visites dans les pays importateurs par le ministre de l’agriculture Moneim al-Banna et le Conseil des Agriculteurs Exportateurs Égyptiens (représentant 1200 exportateurs), la plupart des embargos ont été levés. Une liste d’exportateurs garantissant des produits de bonne qualité a été établie. L’agriculture représente plus de 10% des exportations  égyptiennes.

Réduire l’importation de blé

Le ministère de l’agriculture a décidé de supprimer les subventions pour le blé importé à partir du mois d’août 2017. Les subventions avaient initialement été instaurées pour contrer une crise du pain suite à la dévalorisation de la livre égyptienne l’année passée. Premier importateur mondial de blé, l’Égypte désire réduire l’importation de 10% afin de limiter son déficit global et de fortifier l’économie intérieure.

Cette mesure devrait également permettre aux importateurs de vérifier davantage la qualité du blé importé. En effet, en septembre deux charges provenant respectivement de France et de Roumanie ont été analysées après la découverte de graines de pavot. Bien que les résultats des analyses aient confirmé la qualité suffisante du produit, un responsable d‘inspection a appelé à une sélection plus sévère afin de ne pas « être la poubelle du monde », contraint à importer du blé bon marché.

Environnement

Effets néfastes du changement climatique sur l’agriculture dans le delta du Nil

Les agriculteurs du delta du Nil, l’espace le plus fertile du pays, font face à plusieurs problèmes dus au changement climatique et à la pollution. L’Égypte fait partie des pays les plus touchés par le réchauffement de la planète selon des études récentes.

L’augmentation progressive du niveau de la mer cause des tempêtes violentes en hiver qui  inondent des villages, entraînent une salinisation excessive de l’eau, empêchant la culture de plusieurs plantes traditionnelles, comme la canne à sucre. En outre, la mer proche du littoral est davantage polluée et chaude. Les poissons sont de plus en plus petits et de moins en moins nombreux, alors que les grands poissons se réfugient dans les eaux plus profondes. Enfin, l’effet de serre entraîne une diminution de la pluie qui pourrait causer 15-20% de pertes agricoles. L’insuffisance en eau pourrait être accentuée lors du remplissage du grand barrage d’Éthiopie.

Afin de contrer ces problèmes dans un pays qui peine déjà, à l’heure actuelle, à nourrir sa population croissante, le gouvernement souhaite réduire la culture de riz, consommant beaucoup d’eau. En août, le président a-Sissi a mis en vigueur un système de sanction pour les producteurs de riz n’ayant pas d’autorisation officielle. Cette mesure est ouvertement critiquée par l’ancien dirigeant du syndicat agricole, M. Bargash, affirmant que le gouvernement ne propose pas d’alternatives pour ces paysans. En effet, la salinisation croissante de l’eau des champs dans le delta empêche pratiquement toute culture, à part le riz. Le développement de systèmes d’irrigation moins consommateurs d’eau ou le recours à la génétique pourraient aider à compenser le manque d’eau.

Martina Merlo

Environment

In terms of environmental policy, the Egyptian government oscillates between awareness of environmental risk and contradictory measures going against this objective.

Thus, President Al Sissi inaugurated on May 22 in Damietta the expansion, worth US$2 billion, of a petrochemical plant of the Misr Fertilizers Production Company. This news was  widely criticized by environmental actors and activists .
A month later, the government refused a project for a recycling center near Ain Sokhna, due to its proximity to the new administrative capital. Minister Khaled Fahmy nevertheless announced that  four other similar projects  were being maintained and that a study was underway to relocate the center.

At the same time, on World Environment Day (June 5), the Central Agency for Public Mobilization and Statistics (CAPMAS) published a report documenting a  2.13% increase in CO2 emissions , due to consumption hydrocarbons. This pushed the Egyptian government to take measures to limit this consumption, particularly in the industrial sector. The Minister thus  brought together the managers of 17 cement plants  in order to consider energy alternatives and limit their dependence on hydrocarbons, before flying to Morocco to participate in the preparation meetings for the  COP22  scheduled for next November.

Finally, something rather rare in Egypt, a swimmer was attacked and seriously mutilated by a shark in the Red Sea in Ain Sokhna at the beginning of June. An investigation was launched and  a commission of experts was sent to the site  to explain the causes of such an unusual attack. The commission considered that this was certainly a  consequence of intensive fishing and the methods of tour operators , who deliberately throw food from boats, to attract sharks to the surface and turn them into a tourist attraction. This practice, although illegal in Egypt, remains common.

Water

The Minister of International Cooperation announced at the end of May in a press release the  signing of an agreement between the Social Fund for Development and the governor of South Sinai , in order to improve the quality of water in the Sinai Peninsula in through the involvement of local companies. The same Minister, Sahar Nasr, also announced  a loan of US$100 million from the Kuwait Fund for Economic Development  to finance the construction of desalination plants in Sinai.

Four of the thirty-five planned drinking water stations were inaugurated  in June in Al Wadi Al Gadid, for a total amount of EGP 250 million, announced Governor Mahmoud Ashmawy. At the same time,  21 water project inaugurations  are expected by the end of June to resolve the water crisis in several governorates, said the spokesperson of the Holding Company for Water and Wastewater on June 12. He presented measures to control and bill consumption in order to limit waste. 
There is no shortage of projects and investments in the water sector: the Shanghai Safbon Water Service Company announced that it wanted  to invest US$1 billion in desalination and water treatment plants  in Egypt, particularly in Cairo and Fayoum. This is the first investment in Egypt by this Chinese giant. Currently, entire villages are complaining of excessive water cuts in the Ismailia region, which have been regular for a month. The ministries of Irrigation, Energy and Housing blame each other and cite the foreign currency crisis, which would paralyze the functioning of infrastructure.

Hydrocarbons

The hydrocarbon sector is in turmoil, particularly after the announcement by the Minister of Oil of the  reduction in oil subsidies by 27%  for the first nine months of the 2015-2016 fiscal year, a drop reaching EGP 41 billion. 
Egypt hopes to carve out regional leadership in gas and oil, after announcing the extraction of numerous new deposits off its coast. The regional situation, particularly the negotiations for the  historic agreement between Israel and Jordan on natural gas , is pushing Egypt to increase partnerships with regional players. An  agreement to refine Kuwaiti oil  in Egyptian ports is currently being negotiated between Minister Tarek el Mollah and the Kuwait Petroleum Corporation. 
The Iranian news agency MEHR even announced on June 21 that  Egypt would allow Iran to use its pipelines  to transfer Iranian oil and gas to Europe.

Egypt’s potential continues to grow as British Petroleum and Eni announced the discovery of a  major gas field in Baltim , which could prove to be at least as important as that of Nooros, discovered in 2015 and located 10 km away , and which produces some 65,000 barrels per day. The Eni firm is revising its forecasts upwards by 20%  for the potential reserves of the Shorouk deposit . These forecasts will undoubtedly help boost hydrocarbon production, which remained stable between 2015 and 2016.

Electricity

The Egyptian electricity sector is agitated by government announcements and by the ever-increasing flow of foreign investments. Mohamed Shaker thus announced the execution of the Electricity Act, which must separate the Egyptian Electricity Transmission Company from the Egyptian Electricity Holding Company within 5 years. This measure is part of a major  plan for deregulation and privatization of the electricity sector . 
The sector is doing well, and investment announcements from the German Siemens, the Saudi ACWA, the Indian Aditya Birla Carbon, the Japanese Toyota, etc. are almost daily.

The construction of the combined cycle power plant (or TGV: gas-steam turbines) launched in August 2015 in Béni-Soueif is underway . The first launch of electricity production is expected for November 2016. The jobs created by the site are intended for residents of the region, with a view to participating in local socio-economic development. This process is inspired by the experience of the Kouraymat power plant, where 40% of employees today come from the town of the same name. The pharaonic size of this installation can be explained by the anticipation of an imminent resumption of activity in the country. Remember that  the elimination of power cuts is among the most imperative directives of President Abdel Fattah Al-Sisi . These incentives resulted in the conclusion of new projects, the delivery of fuel to factories, the completion of stopped projects and the relaxation of legislation considered too rigid to encourage foreign investment.

A project to connect the Egyptian electricity grid to the Saudi grid is currently being negotiated and is expected to begin in 2019. This project should benefit both countries, with the latter experiencing their annual consumption peak at different times. Egypt faces numerous  infrastructure problems that cause very frequent power outages  in Upper Egypt and the Red Sea governorates.

We also welcome the initiative of the Ministry of Electricity, which launched a  three-year advertising campaign in June to encourage Egyptians to limit their electricity consumption , and to adopt responsible behavior to help the government resolve the energy crisis.

Agriculture

A look back at a turbulent month of June around the wheat issue

While the production target of 4 million tonnes of Egyptian wheat was exceeded, the government continued to purchase wheat from producers. According to a statement from the Ministry of Agriculture, the government is expected to purchase all local wheat until around mid-June. However, specialists were surprised by Egypt’s storage capacity  and suspected a corruption scandal. At the end of the harvest season,  the Ministry announced that it had harvested 4.8 million tonnes  (less than the 5.3 million the previous year). It was only on June 17 that the scandal broke out: the Ministry revealed a corruption scandal and  a state of emergency was proclaimed for all the country’s silos  after the discovery of a large difference between the quantity of wheat invoiced and that actually present in silos. This difference would reach one million tonnes  and would be due to a technical defect in grain counting, estimates the Minister of Production, Khaled Hanafy, who announces having minimized corruption by directly paying 14 billion EGP to wheat producers.

Furthermore, the Egyptian wheat purchasing policy remains not very transparent, as the “wheat ergot saga” has also demonstrated, according to the terms used by the Egyptian media. On June 8, the Quarantine Authority refused 70,000 tonnes of imported wheat on the pretext that  the risk of contamination with wheat ergot, although at 0.05%, was too high . These requirements appear unrealistic and risk complicating imports and driving up prices,  according to the Bloomberg newspaper . Wheat, and especially  baladi bread , are among the most subsidized commodities:  the latter is sold at 16.1% of its production value , according to Al Borsa. On June 22, the Prime Minister finally put an end to the controversy by authorizing imports, with a contamination risk equal to 0.05%, in accordance with international standards.

The Egyptian cotton sector is, for its part, suffering  due to significant price fluctuations on the international market and competition with low-cost foreign cotton, not compensated by government subsidies. The mass of cotton produced fell from 94,500 to 56,700 tonnes from 2015 to 2016. The spokesperson for the Ministry of Agriculture, Mr. Eid Hawash, says he wants to give the Egyptian cotton market a new boost by offering seeds of good quality to farmers (“long fibers”) in order to save the sector.

Finally, the rice shortage is having devastating effects in Egypt: farmers, attracted by the rise in prices caused by the shortage, are illegally increasing their rice cultivation area, going from 700,000 feddans to 1.2 million feddans. According to Al Borsa,  60% of rice crops are illegal . Irrigated rice cultivation is one of the main culprits of the water shortage  that is felt throughout the agricultural sector.

XT and NH

Énergies

Pétrole

La compagnie saoudienne Aramco a suspendu ses livraisons de pétrole à l’Égypte. Cependant, le ministre du pétrole égyptien a annoncé que cette coupure n’avait aucun lien avec le vote au Conseil de sécurité de l’ONU et que sa durée était indéterminée. Le contrat pétrolier de cinq ans serait donc toujours valable. Il assurait à l’Égypte un approvisionnement en pétrole de 700 000 tonnes par mois depuis avril 2016. En réponse à cette suspension, l’Égypte cherche à diversifier ses sources d’approvisionnement. Un mémorandum de coopération pour l’importation de pétrole a ainsi été signé avec l’Irak qui fournit 200 000 barils de pétrole par mois à l’Égypte. Afin de subvenir aux besoins pétroliers du pays, les livraisons pourraient atteindre un million de barils par mois, suivant un modèle à crédit : l’Irak vend son pétrole à un prix avantageux et permet à l’Égypte de ne pas payer à l’avance. Dans tous les cas, l’EGPC (l’Egyptian General Petroleum Corporation) compte allouer plus de 500 millions de dollars à l’achat de pétrole pour subvenir aux besoins du pays et rectifier les déficiences causées par la suspension de pétrole saoudien. Jusqu’à 2012, l’Égypte était un exportateur de pétrole et de gaz naturel et non pas importateur.

De plus, la dévaluation de la livre égyptienne, le 3 novembre 2016, a entraîné le lendemain une hausse de près de 50% du prix du pétrole. Cette hausse soudaine est notamment due à une décision du gouvernement de réduire les subventions pétrolières. Cette mesure fait partie de la politique d’austérité établie par le gouvernement cet automne.

Charbon

Relancé il y a un an par le ministre de l’Environnement, le retour du charbon pour compenser le manque de gaz naturel pose problème. Pour faire face aux pénuries d’approvisionnement énergétique, l’Égypte compte en effet installer de nouvelles centrales énergétiques alimentées au charbon avant 2022. Cette décision est régressive sur le plan écologique. Déjà des familles vivant près d’une usine de ciment à Alexandrie, se plaignent des couches de poussières noires, attribuées aux émissions de charbon, qui couvrent leurs toits. La pollution affecte de manière importante la santé des habitants de la zone environnante où des taux de CO2 plus élevés que la norme ont été mesurés dans l’air.

Par ailleurs, l’Autorité de Développement Industriel a accordé quatorze licences au cours de l’année 2016 pour l’établissement d’usines de ciment gris dans les gouvernorats de Beni Suef, Minya, Qena, Sohag, Aswan, New Valley, Suez, Marsa Matrouh et dans le Sinai du Sud. La production devrait ainsi atteindre les deux millions de tonnes par an et par projet. La production de ciment ne fait qu’augmenter — passant de 50 à 70 millions de tonnes par an ces six dernières années — pour pouvoir subvenir aux besoins croissants du pays. Pourtant, nombre de projets, notamment dans le secteur de l’habitation, sont retardés à cause de la pénurie d’énergie.

Gaz   

L’Égypte se retrouve une fois de plus obligée d’importer 2,2 milliards de gaz liquéfié afin de combler l’écart entre la consommation et la production nationales. Le pays tente tout de même de diminuer son importation de gaz en exploitant les quatorze nouveaux gisements et en augmentant la capacité de production de gaz en eau profonde dans le gisement méditerranéen Zohr via la collaboration entre Eni SPA, une compagnie Néerlandaise, et l’EGPC. Eni SPA semble cependant être la principale bénéficiaire de cette association puisqu’elle détient l’intégralité des parts de prospection du gisement égyptien.

Environnement

Des pluies diluviennes ont frappé la ville de Ras Gharib dans le gouvernorat de la Mer Rouge fin octobre. Les inondations consécutives ont provoqué le décès de 18 personnes et blessé 72 personnes. Des militaires ont été dépêchés sur place pour déblayer les dégâts et assurer la distribution d’environ 100 000 repas. Un deuxième convoi militaire a été envoyé pour sauver le bétail. Le Ministère de Logement a quant à lui octroyé 600 blocs d’habitations aux citoyens ayant perdu leurs logements. Ces unités ont été construites dans le cadre d’un projet de logements sociaux et sont prêtes à être livrées immédiatement, d’après le ministre du Logement.

À la fin de l’année 2015, le gouvernement s’était engagé à améliorer les infrastructures afin d’être mieux préparé aux prochaines pluies hivernales qui, chaque année, font des dizaines de morts et de blessés. Une promesse qui n’a pas été suivie de faits. Ces pluies expliquent la couleur foncée et la texture boueuse des eaux du Nil à la fin du mois d’octobre.

Eau

Le 26 octobre, le ministre de l’Irrigation soudanais, Moataz Moussa, s’est rendu au Caire pour participer aux négociations sur le Barrage de la Renaissance en cours de construction, dans le cadre de l’Arab Water Council Session. Moussa et son homologue égyptien ont discuté du barrage et de la régulation de l’eau du Nil (Focus – Partage des eaux du Nil entre Égypte, Soudan et Ethiopie).

Le ministre des ressources d’eau et d’irrigation Mohamed Abdel Aaty met en cause la surpopulation de l’Égypte pour justifier les pénuries d’eau. Selon lui, le pays consomme environs 80 milliards de mètres cubes d’eau par an, dont cinquante-cinq milliards de mètres cubes issues du Nil. Le reste des besoins est couvert par d’autres sources, à savoir les eaux de pluie (côte méditerranéenne), l’eau des nappes phréatiques et le recyclage des eaux agricoles usées. Le cabinet de Mohamed Abdel Aaty a présenté cet automne un plan agricole alternatif pour remédier à la pénurie d’eau. Une des propositions serait d’interdire l’exportation de riz et de limiter la superficie des rizières à 280 000 hectares (400 000 ha sont cultivés actuellement). Il compte également faire des améliorations dans le domaine de l’irrigation agricole, en élaborant par exemple des stratégies de recyclage des eaux agricoles usées.

Agriculture

Depuis le mois d’octobre, le pays subit une pénurie de sucre qui a poussé le gouvernement égyptien à augmenter ses importations pour compenser les 200 000 tonnes de sucres manquantes. Le gouvernement espère ainsi calmer l’hystérie générale qui alimente la hausse de prix et la diminution accélérée des réserves. Le gouvernement accuse les sucriers et les commerçants de ne pas distribuer leurs réserves. En conséquence, près de 9 000 tonnes de sucre ont été saisies le 20 octobre chez des grands groupes, tel Edita, propriétaire de Twinkies. Le 1er novembre, le ministre de l’Approvisionnement égyptien a décidé d’augmenter le prix du sucre de 40% — tout en maintenant sa subvention — et de distribuer gratuitement du sucre pour empêcher une trop forte hausse. Le prix du kilo a cependant doublé, atteignant 10 LE contre 5 LE avant la pénurie.

On attribue plusieurs causes à cette crise. La première est la hausse globale du prix du sucre sur le marché mondial, causée par de mauvaises conditions météorologiques au Brésil, principal producteur et exportateur de sucre. Un nouveau rapport préparé par le gouvernement américain met également en cause le gouvernement égyptien, qui, en raison de la pénurie d’eau, aurait instauré un programme visant à convertir les plantations de canne à sucre en plantations de betteraves sucrières moins nécessiteuses en eau entraînant une baisse temporaire de la production. Une étude comparative des deux types de sucres a été publiée en mars 2016. Il existe aujourd’hui neuf sucreries, toutes en Haute-Égypte, et six usines de traitement de betteraves sucrières. Une septième usine de traitement de betteraves sucrières devrait être construite cette année, ce qui pourrait diminuer la dépendance en sucre importé de 25%.

De plus, plusieurs traders égyptiens auraient décidé d’arrêter les importations de sucre par manque de devises étrangères (Revue de presse – Économie, novembre 2016). En effet, la limite imposée par le gouvernement concernant les devises déposées en banque n’a pas été levée pour le sucre, car il n’est pas considéré comme une denrée alimentaire. Enfin, les tarifs à l’import ayant augmenté de 2% à 20%, de nombreuses compagnies de sodas et autres jus ont décidé, cette année, de s’approvisionner en sucre égyptien plutôt qu’en sucre importé. Cependant, la solution gouvernementale consistant à s’emparer des réserves et d’en réguler la distribution n’est pas durable. Le gouvernement ne détient pas assez de centres de distribution pour satisfaire la demande en sucre de tous les citoyens. De surcroît, cette politique a entraîné la création d’un marché informel qui a fait grimper le prix du sucre. La crise sucrière est une bonne illustration du manque frappant d’organisation et de prévision du gouvernement égyptien.

F.M.